Votre mot de passe vous sera envoyé.

Le cabinet d’architecture parisien LAN Architecture a développé la tour « miroir » de 486 Mina el Hosn qui s’érigera dans la zone du port de Beyrouth.

Beyrouth est un phénomène urbain unique en son genre. Littéralement habitée par son histoire, elle a trouvé la force de résister à sa propre disparition. C’est face à la tour Murr, un immeuble criblé de balle devenu monument symbole de la guerre civil dans le quartier du port, que verra le jour cette tour dont la conception est absolument inédite : l’enveloppe du bâtiment réfléchira la ville qui l’entoure. De partout on pourra la voir, et de partout le regard rebondira sur sa surface mobile pour se projeter aux environs, donnant à voir Beyrouth sous toutes ses facettes.

LAN architecture - 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture – 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture - 486 Mina El Hosn, Beyrouthe LAN architecture – 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture - 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture – 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture - 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture – 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture - 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture – 486 Mina El Hosn, Beyrouth

Le choix des quatorze points réflecteurs qui compose la membrane de la tour permet de reconstituer un véritable voyage au cœur de la ville au gré des saisons et des changements de lumière. Déambuler autour de la tour devient alors une véritable expérience urbaine, une promenade à travers les diversités et les richesses de Beyrouth, déroulant un fil narratif, à travers des séquences agencées de manière quasi cinématographique.

Mais derrière la technologie innovante, l’idée est forte : l’impressionnante silhouette de 486 MINA EL HOSN, transperçant le skyline, permettra une sorte de reconstitution mouvante et poétique de la ville par le regard. Une manière de faire de Beyrouth, de sa lumière, de la diversité de ses quartiers et de ses cultures, la matière même de la tour.
Le risque était de construire un nouveau monument, prisonnier de la mémoire écrasante de la ville. La tour restitue certes la diversité d’histoires et de cultures qui fit – et fait toujours – la ville. Mais le bâtiment est « vivant », animé, changeant. Son enveloppe s’inscrit dans la réalité charnelle de la ville : elle lui redonne un corps, réfléchit ses facettes à l’infini. Par là, elle ouvre un espace invisible, celui de la parole retrouvée sur soi-même. Elle s’efface presque pour devenir l’un des principes actifs de la réconciliation de Beyrouth avec elle-même.

LAN architecture - 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture – 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture - 486 Mina El Hosn, Beyrouthe LAN architecture – 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture - 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture – 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture - 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture – 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture - 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture – 486 Mina El Hosn, Beyrouth
LAN architecture - 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture – 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture - 486 Mina El Hosn, Beyrouthe LAN architecture – 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture - 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture – 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture - 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture – 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture - 486 Mina El Hosn, Beyrouth LAN architecture – 486 Mina El Hosn, Beyrouth

Source : www.designboom.com