Votre mot de passe vous sera envoyé.

BO52 – Linkcity – Par Yachar BOUHAYA – Saad EL KABBAJ – Driss KETTANI – Mohamed Amine SIANA

Ce projet est situé dans le quartier de l’Axe Métropolitain qui accueille la place financière de Casablanca. Le projet du BO52 contribue à la mixité de cette zone urbaine de prestige en introduisant une composante résidentielle principale et une composante de bureaux plus réduite. Le projet est implanté à proximité de la tour CFC, l’un des principaux repères architecturaux de Casa Anfa.

UNE ARCHITECTURE CASABLANCAISE

Le projet se veut avant tout casablancais, en s’inspirant de l’essence et des codes de l’architecture qui ont fait la spécificité de Casablanca tout au long du XXème siècle. Mais il s’agit également d’affirmer pleinement sa contemporanéité en tachant de proposer une écriture de son temps, légère, blanche, forte et gracile à la fois.

TROIS ENTITÉS FAISANT UNE

Le projet se compose donc d’un élément à la verticalité affirmée en R+16 niveaux donnant sur le Main Street et le lot 52-1 avec en complément, un bâtiment en longueur de R+13 niveaux donnant sur un jardin intérieur, une partie du mail piéton et la Palmeraie. L’articulation de ces 2 entités se fait au travers d’une composante bureaux. Cette configuration permet une logique fonctionnelle et de gérer au mieux les vues potentielles.

Lieu Casablanca, Maroc  Programme Commerces, bureaux, logement Surface 14500m2 Architectes Yachar Bouhaya- Saad El Kabbaj – Driss Kettani- Mohamed Amine Siana Paysagiste Bertrand Houin Année 2018

BLANCHEUR, LÉGÈRETÉ, HORIZONTALITÉ, INTÉRIEUR/EXTÉRIEUR

L’expression architecturale joue de la blancheur, de l’horizontalité des balcons filants qui constituent des espaces d’agréments extérieurs, ouverts et protégés à la fois, grandement appréciés des casablancais. Ces balcons filants donnent son expression au projet en le soulignant de strates multipliant les niveaux de lecture, de transparence et estompant la masse des volumes. Une architecture qui se dilate en découpant un voile semi-transparent sur l’horizon. Les appartements sont  ouverts sur ces terrasses et permettent de bénéficier d’une qualité d’usage en profitant du climat tempéré en extérieur et en bénéficiant des différentes vues qu’offre le site.

UN FILM SEMI-TRANSPARENT, PROTECTEUR

Ces terrasses ne sont pour autant pas projetées dans le vide mais bénéficient de claustras verticaux, relativement concentrés au niveau des chambres et largement espacés au niveau des espaces de réception. Ces claustras permettent de proposer ponctuellement des zones protégées de l’ensoleillement, des regards, et du vent tout en ménageant une semi-transparente. Ils permettent également de dessiner une « ligne » protectrice qui dessine le contour des différents appartements et renforce le sentiment d’intériorité.

Cette peau, de couleur blanche, jouera des effets de la lumière naturelle pour s’adapter à la lumière ambiante en créant ainsi une façade vibrante selon le moment de la journée. Le jeu des garde-corps des balcons, en verre ou en menuiserie verticale blanche, créent un dessin avec les claustras verticaux, sorte de « calligraphie » moderne qui donne son expression graphique au projet.

Sources : www.linkcity.ma