quinze + seize =

Votre mot de passe vous sera envoyé.

12 − six =


Saad El Kabbaj, Driss Kettani et Mohamed Amine Siana réalisent l’Ecole Supérieure de Technologie de Guelmim.

Les architectes nous ont déjà démontré à travers la faculté Polydisciplinaire de Taroudant une écriture des plus sensible. Encore une fois une belle surprise qu’est cette réalisation tout en finesse et qui marque vraisemblablement la naissance d’un nouveau tournant dans la production globale au Maroc. Le projet de l’Ecole Supérieure de Technologie de Guelmim s’inscrit dans la politique de développement des établissements universitaires dans les régions du sud du Maroc. Le projet se compose d’un amphithéâtre, de salles de cours, d’ateliers, de salles de TP, d’une administration, d’une bibliothèque, de bureaux enseignants et de logements de fonction. Le principe de départ a été de proposer une architecture forte, contemporaine mais issue et inspirée du contexte dans lequel elle s’insère.

Lieu Guelmim, Maroc Architectes Saad El Kabbaj / Driss Kettani / Mohamed Amine Siana Collaboration Yassine El Aouni / Rachid El Maataoui Programme Ecole Supérieure de Technologie de Guelmim BET BEPOL SARL Entreprise ZERKDI & FILS Surface SHOT 6883 M² Réalisation 2008-2011 Photographies Fernando Guerra – FG+SG

Le défi étant de retranscrire une atmosphère avec les outils que sont le vocabulaire local et d’apporter une certaine échelle à cet équipement. L’architecture est ainsi volontairement massive, puissante et joue du contraste entre intérieur et extérieur dans une recherche de solennité inhérente aux institutions d’enseignement. Les différents bâtiments s’organisent suivant un axe nord-sud au travers d’un parcours couvert en partie, et s’articulent autour de formes en L ou de jardins intérieurs. Cette organisation permet une lisibilité et une clarté des différentes entités du projet tout en préservant la diversité du programme. De même, une réflexion quant à la qualité thermique se traduit par un travail sur l’orientation, les protections des ouvertures et le couvert végétal, conditionnant ainsi en partie le langage et les principes.
Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim Ecole Supérieur de Technologie de GuelmimEcole Supérieur de Technologie de Guelmim