Votre mot de passe vous sera envoyé.

Marrakech, Tassoultante. Cette maison, face aux montagnes de l’Atlas s’inscrit tout en finesse dans le paysage désertique de la région. Une réalisation minimaliste conçue par Guilhem Eustache pour un cinéaste.

Au milieu d’un vaste vide où surgissent quelques palmiers égarés, on aperçoit au loin, mêlés à l’horizon, des lignes insolentes de blancheurs. Le désert, autour, semble si vaste. C’est dans cet espace pauvre et sublime à la fois, s’ouvrant à perte de vue sur la chaîne de l’Atlas, qu’un réalisateur belge, en quête d’immensité, a choisi de construire sa demeure au Maroc. L’agence de Guilhem Eustache installée à Paris n’avait alors jamais œuvré au Maroc.

Avec ses grands murs, élancés qui sculptent le paysage, cette oeuvre rejoint la dimension poétique et paysagère de l’architecture d’un Louis Barragan. La maison s’affirme dans un idéal de simplicité géométrique. Sans artifice, sans déguisement. Construction modeste, elle occupe pourtant visuellement l’ensemble de la parcelle développée sur deux hectares. Deux voiles de béton parallèles forment une protection sonore et visuelle à l’ouest. Un escalier vertigineux s’insère entre ces deux murs, et s’élance à l’assaut de la toiture-terrasse, depuis laquelle se déploie, au sud, un panorama grandiose, fluiditié et appel du vide, jeux d’ombres et de lumière: cette maison traverse le paysage.

Musée à Volubilis (Volubilis)Guilhem Eustache – Maison Privative (Marrakech, Tassoultante) Musée à Volubilis (Volubilis)Guilhem Eustache – Maison Privative (Marrakech, Tassoultante) Musée à Volubilis (Volubilis)Guilhem Eustache – Maison Privative (Marrakech, Tassoultante) Musée à Volubilis (Volubilis)Guilhem Eustache – Maison Privative (Marrakech, Tassoultante) Musée à Volubilis (Volubilis)Guilhem Eustache – Maison Privative (Marrakech, Tassoultante)
Musée à Volubilis (Volubilis)Guilhem Eustache – Maison Privative (Marrakech, Tassoultante) Musée à Volubilis (Volubilis)Guilhem Eustache – Maison Privative (Marrakech, Tassoultante) Musée à Volubilis (Volubilis)Guilhem Eustache – Maison Privative (Marrakech, Tassoultante) Musée à Volubilis (Volubilis)Guilhem Eustache – Maison Privative (Marrakech, Tassoultante) Musée à Volubilis (Volubilis)Guilhem Eustache – Maison Privative (Marrakech, Tassoultante)

 

 

Guilhem Eustache fait parti de ces architectes français qui n’hésitent plus à défier les frontières pour suivre les opportunités qu’offrent la commande à l’étranger. Sa maison à Marrakech a été exposée au Pavillon de l’Arsenal à Paris (Expo EXO-architecture), parmi 80 autres projets d’agences parisiennes qui opèrent à l’export. Sur aMush.org il a accepté de nous faire part de son expérience au Maroc.

 

aMush: Quel est votre Parcours ?

G.Eustache: Originaire du sud de la France, j’ai vécu jusqu’à mes 19 ans en Lozère.
J’ai suivi mes études à l’école spéciale d’architecture de Paris. J’ai obtenu mon diplôme en 1985 avec le projet d’une médiathèque.
J’ai très vite volé de mes propres ailes ; j’ai réalisé les rénovations d’un hôtel particulier à Arras pour un industriel et d’un loft à Nîmes. Dès ces premiers projets j’ai pu expérimenter ma recherche sur la lumière. J’ai participé à l’appel jeunes architectes N°1 lancé par le pavillon de l’Arsenal, mon projet a été  remarqué. Suite à cela j’ai reçu commande par la ville de Paris  d’une crèche dans le 13  arrondissement qui a été nommé au prix de la première œuvre. La ville de Paris m’a ensuite confié la création d’une école  élémentaire de 2800m² dans le 19ème arrondissement. J’ai alterné projets privés et publics jusqu’à aujourd’hui.

aMush: Comment avez vous été amené à construire au Maroc ?

G.Eustache: En 2001 une cliente costumière m’a présenté un producteur de cinéma belge. Il m’a proposé de dessiner les plans de plusieurs maisons sur un terrain qu’il venait d’acheter à Marrakech au Maroc. 

aMush: Cette maison à Marrakech est donc votre première réalisation au Maroc. Avez vous dans votre démarche integrer une dimension locale. Quels aspects du contexte marocain vous ont inspirer ?

G.Eustache: Depuis de nombreuses années je me rends régulièrement au Maroc. Dès le premier voyage j’ai été envoûté par ce pays.  Les trois projets étudiés à ce jour sont assurément nourris,  à des degrés différents,  par toutes les images et impressions glanées lors de mes séjours. Pour cette première réalisation il y a le désir d’instaurer un dialogue étroit  avec la  terre, la végétation et l’atlas à l’horizon.  
C’est une petite maison de 170m² sur un terrain de 2,5 hectares là est toute la difficulté. Il a fallu créer un équilibre dynamique malgré cette différence d’échelle. Nous avons joué avec  l’ombre et la lumière qui mettent en valeur et renforcent des volumétries épurées. Nous avons utilisé des matériaux et techniques locaux : pisé, tadelack, Pierre de l’ourika. Nous avons préservé l’aspect sauvage du terrain bien que nous ayons planté plus de 5oo arbres. Pour répondre aux exigences du climat nous avons ; doublé les murs, recherché les meilleures orientations, créé des pièces de grande hauteur et des protections solaires.

Ci-dessous : Extraits du livre « EXO architectures » p 47
Florence ACCORSI et François LAMARRE, journalistes
Editions du Pavillon de l’Arsenal.

« L’architecture ici développée s’inscrit dans la continuité d’une tradition Berbère qui a su parfaitement répondre, au fil du temps, aux exigences du climat et de la société »
« Pour autant pas de folklore superfétatoire mais un bâti lourd simple et pérenne en phase avec le pays »

aMush: Dans un monde qui tend à se globaliser, que pensez vous de l’importance du lieu, du contexte en architecture?

G.Eustache: De tous temps les maîtres d’oeuvre ont été nourris par des influences culturelles diverses; de nombreux chef-d’œuvres en témoignent. La libre circulation des idées est nécessaire et enrichissante. Néanmoins chaque région, chaque territoire, mérite des réponses architecturales adaptées en adéquation avec des exigences  climatiques, culturelles et économiques spécifiques…

aMush: Avez-vous rencontré des obstacles, des difficultés au cours de la réalisation de ce projet ?

G.Eustache: Nous avons été particulièrement aidé dans toutes nos démarches par notre correspondant Marocain Monsieur Hicham BELHOUARI, architecte DESA à Marrakech.
Les rapports avec les professionnels de la construction au Maroc sont plus faciles et beaucoup moins tendus qu’en France. Après une petite période d’adaptation nous avons réussi à bénéficier de l’excellence et de l’expérience des artisans marocains.
La principale difficulté rencontrée a été de définir le programme avec le maître d’ouvrage.  A l’origine nous avions envisagé de construire trois maisons (1200m² SHON) sur ce terrain qui vu de France parait immense. Progressivement le projet s’est réduit et finalement nous avons construit la plus petite de ces trois maisons afin de préserver le  terrain. Le maître d’ouvrage m’a informé de l’achat d’un deuxième terrain plus vaste (5 hectares) avec les mêmes caractéristiques mais plus près de l’Atlas afin d’implanter les deux autres maisons.

aMush: Avez-vous actuellement d’autres projets au Maroc ?

G.Eustache: Une maison carrée fortifiée et une maison village  seront  mises en chantier en fin d’année 2009.  Ces deux projets ont été  présentés dans l’exposition  «Exo architectures » qui a eu lieu cette année au Pavillon de l’arsenal. D’autres études de maisons vont commencer.

aMush: Que pensez vous de la conjoncture actuelle du Maroc, est-elle propice à la création contemporaine en Architecture ?

G.Eustache: La création contemporaine en Architecture est avant tout le fruit d’une rencontre réussie entre un maître d’ouvrage éclairé et un architecte. Votre initiative permettra, sans aucun doute, d’établir de nouvelles connexions fructueuses.

{youtube}2JLvzpZywuU{/youtube}