Un projet de mosquée dans une ville majeure de la rive nord de la Méditerranée telle que Marseille pose avant tout une question symbolique de représentation. Quelle architecture incarnerait cet Islam européen, intégré aux modes de vie de populations à la fois attachées à leurs racines et complètement chez elles en Occident ?

« Le projet de la Grande Mosquée de Marseille ne doit pas représenter cet Islam. Il doit l’être. Il nous est apparu juste de remonter aux sources de l’histoire de l’architecture islamique, son essence. »

 

 » Invités à remettre une esquisse pour le Concours de la Grande Mosquée de Marseille, nous voulions être là où nous n’étions pas attendus. Dessiner une mosquée qui ne ressemble pas, à priori, à une mosquée telle qu’on la connait aujourd’hui était le défi que nous voulions relever. Les mosquées contemporaines que l’on trouve, lorsque l’on s’y intéresse, sont en majorité des pastiches, des « ré-interprétations » souvent maladroites et saugrenues des éléments qui la constituent. Nous voulions pousser la réflexion au-delà de la dimension esthétique. Notre parti a été de refleter dans le plan, l’organisation de la vie de la mosquée, et de laisser l’apparente brutalité des volumes, imposer leur poésie. Pour cela, nous avons choisi de scinder le programme en 3 éléments:

1- L’Enceinte: composée en plan de deux « agrafes » arrachées l’une à l’autre et qui accueille les programmes annexes à la mosquée: l’école coranique, la salle de conférence, la librairie, des locaux techniques et nous avons choisi d’y ajouter un café littéraire, pour inciter au partage dans un cadre moins solennel.

2- Le Centre: un haut bloc de 8m de haut, paré de briques comme le sont les monuments de la Grande Perse Islamique. Ces motifs géométriques sont répétés du sol jusqu’à atteindre le ciel, sur les quatre faces de l’édifices. Ce volume opaque dont une seule façade verticale est percée, indiquant aux fidèles l’orientation de Qibla, protège en son sein la salle de prière pouvant accueillir jusqu’à 2500 personnes.

3- Les Vides: espaces résiduels opportuns, ils font partie intégrante du projet. Ce sont des extensions naturelles de chaque élément du programme, formant l’entrée, la cour de prière avec son bassin miroir qui reflète le ciel, le parvis de la salle de conférence, et le jardin du café littéraire. On retrouve dans ces espaces la trace de la trame des colonnes qui rythment la salle de prière.

C’est un projet résolument introverti. Le mur en est la matrice. Chaque élément du projet se découvre ou s’accède par glissement, chicane, contournement. Chaque nouvel espace se déploie derrière une paroi opaque, formant une succession de pleins absolus et de vides lumineux. Un enchaînement d’enceintes, possédant chacune leurs sens et usages propres, destinées à hiérarchiser les espaces et mettre en scène l’accès au sacré de la salle de prière. La hauteur d’acrotère unique accentue cet effet de mystère et son caractère impénétrable. Seule la cinquième façade, vue du ciel, dévoile avec clarté l’absolue simplicité du plan. Seul signal, le fin minaret se dégage de l’ensemble.  »

Lieu Marseille, France Année 2008 (non réalisé) Architecte Studio KO (Karl Fournier, Olivier Marty, Nabil Afkiri avec Sami Alaoui) Client Ville de Marseille Programme Mosquée

Studio KO - M2M - Vue Extérieure Studio KO – M2M – Vue Extérieure Studio KO - M2M - Détail Studio KO – M2M – Détail Studio KO - M2M - Elévations Studio KO – M2M – Elévations Studio KO - M2M - Plan Masse Studio KO – M2M – Plan Masse Studio KO - M2M - Plan Rez-de-Chaussée Studio KO – M2M – Plan Rez-de-Chaussée

 

Source : www.studioko.fr

Projet Lauréat : BAM archi