Votre mot de passe vous sera envoyé.

Arc en Ciel Architecture – Centre International Hassan II de formation à l’environnement – Rabat

Après 3 années de chantier, le centre international Hassan II de formation à l’environnement ouvre ses portes ; il semble vite pris d’assaut par toutes les associations, institutions actives dans le domaine de sauvegarde de l’environnement tant la question est préoccupante aujourd’hui au Maroc comme dans le reste du monde.
Consciente de ces enjeux, et de la nécessité de voir des actions concrètes se réaliser pour inverser la vapeur, la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement décide de mettre en place un projet qui se veut être lui-même un propos pédagogique écologique. Projet efficient sur le plan bioclimatique et exemplaire afin de sensibiliser les visiteurs à la nécessité d’agir pour assurer le devenir de notre planète. Elle fait alors appel à l’architecte Layla Skali, investie dans la question depuis plusieurs années à présent.

L’environnement végétal exceptionnel du site est la première source d’inspiration, les jardins exotiques, véritable patrimoine d’exception imposait un pris parti humble, intégré à la topographie existante. Le projet est alors semi-enterré pour épouser le relief naturel du terrain et s’intégrer au paysage exceptionnel qui l’entoure.

Lieu Rabat, Maroc  Programme centre d’éducation à l’environnement Architectes Arcs-en-ciel architecture, Layla Skali, Rizk Lahlou Année 2019

L’architecte choisit alors de construire en terre pisé pour ses qualités thermiques depuis longtemps éprouvées, si ce n’est que d’une manière empirique dans les villages ruraux et les kasbahs qui jonchent tout le pays.

Arcs-en-ciel, société d’architecture environnementale a dû alors se confronter aux études thermiques afin d’en démontrer le bien fondé scientifique. Le pisé jouant le rôle de déphasage, il permet en effet de conserver les calories cumulées les journées en hiver et les redistribuer la nuit, jouant également ce rôle en été, en stockant les frigories, captées grâce à la sur-ventilation nocturne. Le concept bioclimatique fonctionnait à condition d’éviter la surchauffe du bâtiment du fait de la grande transparence voulue, pour mettre en valeur le végétale environnant. Les simulations thermodynamiques exigent que le verre des murs rideaux passe en basse émissivité pour éviter la surchauffe de l’été, l’isolation poussée de la toiture en bois, l’isolation de toutes les parois verticales et horizontales, hormis celles en terre, qui sont passées à 1m de largeur pour assurer le confort thermique recherché.
Les associés, Rizk Lahlou et Layla Skali s’attaquent dès lors au suivi de la réalisation des préconisations techniques, la terre après avoir changé plus de 3 fois d’entreprise afin de trouver celle véritablement compétente est réalisée selon les méthodes modernes de compactage pneumatique.
Une station photovoltaïque, alimentant plus de 50% des besoins énergétiques du bâtiment (100% des besoins/jour) est intégrée aux espaces verts, pouvant être également visitée et expliquée aux visiteurs.
Une réflexion particulière a été mise en place pour la gestion de l’eau connaissant la situation de stress hydrique que connaît le Maroc. Les eaux de pluie sont récupérées et guidées grâce au traitement paysager, via des noues, et un bassin d’orage. Les eaux grises et noires sont traitées par assainissement écologique à boues réactivées, l’eau purifiée étant stockée dans une cuve et réutilisée pour l’arrosage pendant les périodes chaudes et sèches.
Le projet a été conçu et réalisé afin d’éviter à tous prix la climatisation, cette dernière installée en cas de grande pointe de chaleur caniculairen’a pas besoin d’être sollicitée grâce à la conception passive qui vise à une ventilation croisée naturelle. Plusieurs espaces sont conçus pour être entre intérieur et extérieur, même la salle plénière qui peut-être ouverte plus de 6 mois dans l’année sur plus de 8m de large de part et d’autre pouvant être traversée par les vents doux.

Cette dernière a été conçue pour être extensible en cas de grands rassemblements, mais de dimension maîtrisable pour son fonctionnement au quotidien, afin de garantir une consommation énergétique optimisée.

Un  système de traitement de l’air et de sur-ventilation nocturne, utilisé en cas de besoin, vient compléter l’optimisation du comportement thermique du bâtiment.

Ainsi, l’entrée sous forme de patio ouvert, le Hall et Salle plénière (recevant 180 personnes) sont de températures confortables tout le long de l’année grâce à la terre, et la ventilation naturelle croisée.

Le confort thermique a pu être testé au mois de Juin lors de l’inauguration du centre par son Altesse Royale Lalla Hasnaa, bien qu’occupé par un grand nombre de personnes pour l’occasion, et malgré la pointe de chaleur du jour en question, l’évènement s’est déroulé sans  utilisation de climatisation.

Plusieurs autres volets ont été abordés afin d’assurer l’efficacité énergétique de la construction, le mieux étant de contacter le centre et de convenir d’une visite pour en savoir encore d’avantage, à titre personnel ou professionnel  afin que voient le jour d’autres projets écologiquement responsables.