Votre mot de passe vous sera envoyé.


Proposition du Groupement HANDIS et Corrine Vezzoni pour le concours du pôle culturel et muséal de Dakhla

La mise en place du programme de pôle culturel et muséal de Dakhla par l’Agence du Sud, qui avait lancé à cet effet un concours international d’architecture en juillet 2013, a permis à de nombreuses équipes de travailler sur le sujet. Voici la proposition du groupement HANDIS et Corrine Vezzoni 4eme prix au concours.

La création de la grande escale à Dakhla annonce la série des trois musées que la Maroc construit en hommage aux hommes et au désert. Cette trilogie a nourri la réflexion autour de ce projet. Situé sur la lagune, face à l’horizon, ce musée prend position avec force sur le site. Il émerge dans une masse monolithique creusé dans son épaisseur.

Lieu Dakhla, Maroc Architectes Houda Aourarhi, Saad Berrada, Corrine Vezzoni Maitre d’ouvrage Agence pour la Promotion et le Développement Economique et Social des Provinces du Sud du Royaume Année 2014 Concours 4eme prix

« En béton teinté dans la masse en écho aux couleurs de son environnement, il possède en son cœur de grands vides qui permettent à l’air et à la lumière naturelle de le traverser. Les grandes entailles créent des ombres fortes le rendant visibles au loin et offrent un confort climatique aux activités.

Sur l’avenue Mohammed V, un large parvis public se glisse sous le bâtiment, invitant les promeneurs à s’engager vers les activités les plus conviviales. Aussi le café, les bibliothèques, les ateliers s’ouvrent sur l’espace public pour l’animer. Le visiteur a ainsi fait un premier pas vers l’accès aux salles d’exposition. Ce parvis couvert permet également d’abriter des manifestations ponctuelles, qui profiteraient ainsi de la fraicheur d’un espace ombragé.

Une fois passé le hall d’entrée, le musée s’organise autour de trois grands jardins qui rendent hommage aux trois thèmes que développera la trilogie. Les trois jardins sont un hommage aux trois thématiques principales du musée. Ils se déclinent sous trois formes distinctes. Le premier, « le jardin de l’Oasis », est directement visible depuis le parvis public, depuis la ville. Situé au cœur du bâtiment il est une invitation à entrer. Luxuriant il représente l’essence même du désert par le contraste qu’il génère avec l’enveloppe très massive et compacte du bâtiment. Le deuxième, « le jardin de l’immatériel » s’inscrit dans la continuité du premier. Principalement minéral ce jardin est situé à l’Est. Le sol attenant est habillé de zelliges aux calepinages inspirés de motifs du Sahara. Un film d’eau glisse sur le pan de mur créant des jeux de reflets sur la terre vernissée bleu myosotis et ocre jaune. Le troisième situé au sud est un jardin d’esprit médicinal planté de façon rigourseuse. On y trouve des collections de plantes officinales.

Le musée offre plusieurs possibilités de parcours de visites. Un premier parcours long démarre par l’exposition temporaire, dont l’accès est proposé libre ou payant en fonction des contenus. Il continue à travers le premier espace de la présentation repère composées de trois salles: une au RDC en double hauteur, et deux à l’étages avant d’aboutir au le patio du désert ouvert sur la lagune. Les visiteurs plus avertis peuvent choisir de visiter uniquement une partie de l’expo, ou encore démarrer leur visite par l’expo ouverte sur le patio du désert accessible directement depuis le hall d’entrée. Un restaurant est prévu en option à l’étage. Situé en fin du parcours, il permet de faire une pause déguster un repas sereinement en se remémorant les étapes clefs de la visite. ».

Musée de Dakhla – Handis Musée de Dakhla – Handis Musée de Dakhla – Handis Musée de Dakhla – Handis Musée de Dakhla – Handis Musée de Dakhla – Handis Musée de Dakhla – Handis Musée de Dakhla – Handis Musée de Dakhla – Handis Musée de Dakhla – Handis Musée de Dakhla – Handis Musée de Dakhla – Handis Musée de Dakhla – Handis Musée de Dakhla – Handis Musée de Dakhla – Handis