The Red Square par le photographe Hicham Gardaf

Comment se développent les identités spécifiques des grandes villes marocaines, aujourd’hui en cours de bétonnement intense ? Quelle patrimoine auront-elles ? Questionner l’évolution de notre territoire n’est pas une tâche uniquement dédiée aux architectes paysagistes, aux urbanistes et aux décideurs. Des artistes mènent également une approche autour des phénomènes urbains, mettant en exergue le potentiel esthétique des différents lieux pour charmer le spectateur, lui faire comprendre, explorer et se projeter dans un espace.

Lieu Tanger – Maroc  Programme Installation éphémère  Photographe  Hicham Gardaf Année 2016

Hicham Gardaf (n.1989, Tanger), après des années de travail et de développement artistique, mène une réflexion poétique face au décor urbain marocain. Son œuvre est d’une atmosphère unique, intimiste; retrouvant la force dans sa fragilité personnelle.

Depuis quelques années les promenades de Gardaf dans la ville du détroit : Tanger, deviennent des voyages à Casablanca, Rabat, Kenitra, Marrakech… Il se concentre sur les limites diffus des grandes villes pour photographier les transformations urbaines et socioculturelles du Maroc. Il questionne indirectement les limites périurbaines et la fragmentation de ces villes, les espaces publics, les lieux et leurs liens.
Sa dernière exposition porte le nom Excursion et représente ce Maroc en pleine mutation. Une excursion à travers les yeux de Hicham Gardaf longeant des entités paysagères qui montrent un état des lieux représentatif d’un territoire si changeant. Il se détache de l’image miséreuse de la banlieue ainsi que des photographies de paysages conventionnels.

Le dernier projet du photographe, The Red Square, toujours en cours, consiste en une série de photographies et d’installations qui viennent s’approprier l’espace public et privé. Il réalise une réflexion sensible sur les zones d’étalement urbain, déshumanise et mi-bétonné, en magnifiant ses banalités. Gardaf retrouve une identité graphique voire constructive entre elles : ces façades rouges des nouvelles constructions deviennent dominantes dans le paysage suburbain. 

Dans le cadre de sa résidence du projet Think Tanger, le photographe réalise sa première installation. Il proposa un moment magique, de contemplation et méditation dans un paysage en banlieue de Tanger. Avec une dizaine de ses photos abstraites et épurées bien installées derrière un bâtiment de murs rouges …

Résident à la cité des arts à Paris en 2014, il a été nominé pour le Foam Paul Huf Award. Il reçoit en 2015 le Prix résidence pour la photographie de la Fondation des Treilles, la même année il est lauréat de l’Arab Documentary Photography Programà Beirut.  En 2016 il est sélectionné pour le Joop Stewart Masterclass organisé par le World Press Photo à Amsterdam et les « Ones to watch 2016 » par The British Journal of Photography. Son travail a été montré au musée de la photographie et des arts visuels de Marrakech, à Addis Fotofest à Addis Ababa, à L’Institut du Monde Arabe à Paris, à Fotofever à Bruxelles et à Docks art fair à Lyon.
Hicham Gardaf vit et travaille entre Tanger et Londres. Il est représenté par la galerie 127 à Marrakech.
www.galerienathalielocatelli.com

www.hichamgardaf.com