Votre mot de passe vous sera envoyé.


Campus Olympique, un nouveau siège pour le CIO par Groupe 3 architectes. Entretien

L’agence Groupe 3 Architectes a eu la chance d’être retenue en septembre 2013 dans la sélection des candidats choisi par le Comité Olympique International pour le projet du nouveau siège du CIO à Lausanne. Ce concours international sur dossier rassemblait des grands noms de la profession comme OMA Rem Khoolas (NL), Toyo Ito (JP), Ibos & Vitart (FR), Farshid Moussavi (GB) et Diller & Scofidio (USA). Le projet du lauréat 3XN (NW) n’est pas encore publié à ce jour.

Le concours prévoit la création d’un centre administratif et d’un campus sur une parcelle de 24 000 m2. Un appel aux «architectes du monde» avait été lancé le 28 mars 2013 sur le site internet de l’Union internationale des architectes (UIA).

Lieu Lausanne, Suisse Architecte Groupe 3 Architecte, Collaborateurs Vogt Landscape – London, RJVS – Paris, TRANSSOLAR – Paris Maitrise d’ouvrage Comité Olympique International (CIO) Surface 15000 m² Concours Finalistes

Campus Olympique à Lausanne – Groupe 3 Architectes Campus Olympique à Lausanne – Groupe 3 Architectes Campus Olympique à Lausanne – Groupe 3 Architectes Campus Olympique à Lausanne – Groupe 3 Architectes Campus Olympique à Lausanne – Groupe 3 Architectes Campus Olympique à Lausanne – Groupe 3 Architectes Campus Olympique à Lausanne – Groupe 3 Architectes Campus Olympique à Lausanne – Groupe 3 Architectes Campus Olympique à Lausanne – Groupe 3 Architectes Campus Olympique à Lausanne – Groupe 3 Architectes
Entretien :

aMush : Vous avez été retenu pour concourir face à de grands cabinets internationaux dont OMA et Toyo Ito. Quels sont d’après vous les critères qui ont retenu l’attention du jury pour votre candidature ?

G3A : Sans doute la qualité de notre note d’intention qui définissait déjà les axes majeurs de notre démarche et les thématiques que nous souhaitions développer. Mais aussi nos références en bâtiments tertiaires et notamment le siège Casablanca de Zurich assurances, et l’Académie Mohamed VI de Football dont la qualité et le niveau d’exigence du maître d’ouvrage ont certainement été un argument en notre faveur.

aMush : Quelle expérience tirez-vous de ce concours à échelle internationale ? Une différence avec les concours organisés au Maroc ?

G3A : Le niveau de qualité du dossier d’appel d’offre était particulièrement élevé, à l’image de l’exigence suisse en toute chose et en particulier dans l’acte de bâtir. La qualité réside évidemment dans le contenu mais également dans la forme ( délai, primes, jury …) , garantissant un climat de transparence et de confiance propice à la créativité. Cette qualité, institutionnalisée par une tradition et une pratique maîtrisée des concours, témoigne du respect des compétences des architectes et de leur valeur ajoutée. Elle leur permet de concourir dans la sérénité et les engage à être à la hauteur des ambitions du maître d’ouvrage. Ce qui est aujourd’hui loin d’être le cas au Maroc, à de rares exceptions près.

aMush : Les structures d’agences marocaines sont-elles prêtes à s’ouvrir sur des marchés internationaux ?

G3A : Certainement, pour peu que le désir et l’ambition de se confronter à d’autres sites contextes et d’autres maîtres d’ouvrage soient suffisamment forts, car l’effort financier est important pour investir sur des marchés très concurrentiels. Les concours ouverts offrent très peu de probabilité de succès même si l’exercice est enrichissant. Quant aux concours sur présélection, ils sont par définition plus fermés et il est difficile d’y entrer avec nos références locales. Toutefois, l’exemple du CIO, pour lequel nous avons été la seule agence sélectionnée pour la région Afrique-Moyen-Orient montre qu’il existe des occasions à saisir : en effet, la nature de l’institution, son orientation stratégique et les grands équilibres mondiaux actuels qu’elle soutient dans le domaine sportif, tout cela concourrait pour mettre en avant ont favorisé l’ouverture et la diversité culturelle.

aMush : Quelle stratégie pour mieux intégrer le marché international ? Faut-il s’implanter dans d’autres aires ? Peut-on être compétitif depuis le Maroc ?

G3A : G3A a été classé dans les 6 premiers parmi les 12 concurrents. Cette expérience montre qu’on peut être compétitif depuis le Maroc, lorsqu’on nous en donne les moyens. Le Maitres d’Ouvrage marocains devraient prendre conscience de cela. Situé entre l’Europe et l’Afrique, le Maroc jouit d’une position stratégie au carrefour des cultures méditerranéenne, orientale et africaine. Cette diversité permet d’envisager l’ouverture à ces marchés voisins et l’exportation des architectes marocains. Des expériences et des montages sont en cours chez nos pairs, notamment vers l’Afrique subsaharienne, demandeuse de compétence et désireuse de favoriser les échanges culturels et commerciaux sud-sud. Mettre un pied en Europe s’avère plus délicat au vu des conditions de concurrence très tendue. La stratégie pour intégrer le marché international est simple : il faut croire en nos compétences .

Source : www.groupe3architectes.com