Votre mot de passe vous sera envoyé.


Complexe mixte à Casablanca ANFA, LOT 18 par Urbanmakers architectes et Omar Alaoui

 »Dans la droite lignée des édifices qui ont rendu célèbre la ville blanche pour son « audace et sa diversité architecturale », notre projet affirme une identité casablancaise. Le projet propose une silhouette iconique et sensuelle pour conclure la future perspective qui structure le nouveau quartier d’Anfa sur les 2.3 km de longueur des pistes de l’ancien aérodrome. L’ilot 18 se distingue par sa forte mixité programmatique logements-activités-bureaux. Le site trouve sa consistance tant par la force des architectures que par les possibilités d’usage déployées au pied des bâtiments: l’objectif est celui de la mise en place d’un «quotidien » riche et animé. Dans une expression sculpturale, revêtu d’une matière blanche et unique, le grand bâtiment de bureaux ne dévoile l’horizontale de ses étages que par fragments: sa perception est entière, sans échelle. Sa blancheur le rattache clairement aux grands objets de la métropole. »

Lieu Casablanca, Maroc Architecte Urbanmakers Architectes (Nantes), Associé à Omar Alaoui architecture et SAHM Paris Programme Bureaux, 225 logements Maitrise d’ouvrage BYMARO, Bouygues bâtiment international, Bouygues Immobilier Surface 54 000 m² Concours 1er Prix

Casablanca ANFA – LOT 18 – Urbanmakers – Omar Alaoui Casablanca ANFA – LOT 18 – Urbanmakers – Omar Alaoui Casablanca ANFA – LOT 18 – Urbanmakers – Omar Alaoui Casablanca ANFA – LOT 18 – Urbanmakers – Omar Alaoui Casablanca ANFA – LOT 18 – Urbanmakers – Omar Alaoui Casablanca ANFA – LOT 18 – Urbanmakers – Omar Alaoui Casablanca ANFA – LOT 18 – Urbanmakers – Omar Alaoui Casablanca ANFA – LOT 18 – Urbanmakers – Omar Alaoui Casablanca ANFA – LOT 18 – Urbanmakers – Omar Alaoui
 »Au profit d’orientations majoritairement Est-Ouest, l’opération de logements s’organise en une série de bâtiments «en peigne», c’est-à-dire qu’ils s’implantent perpendiculairement à la rue. Cette disposition favorise le bon éclairage des logements et réserve depuis l’espace public des vues sur les jardins du coeur d’îlot. La volumétrie des immeubles s’inspire des notions de ville « basse », puis « moyenne », puis « haute» dans un étagement en gradins des bâtiments depuis la rue. Cette stratification permet de générer de belles terrasses plantées dont le paysage bénéficie tant aux habitants qu’aux piétons qui déambulent sur les trottoirs. La rue est « tenue » par la continuité de la ville « basse » où l’on trouve des commerces, des activités et les halls d’entrée des immeubles. L’architecture décrit de grands volumes blancs à angle droit, évoquant ainsi la célèbre architecture casablancaise des années 1930. Les fenêtres sont larges, elles disposent de filtres solaires. »

Source : www.urbanmakers-archi.eu/