Votre mot de passe vous sera envoyé.


Co-Habitation, ou comment domestiquer la ligne par l’agence Kilo Architectures

Ce projet, qui est une forme de « case study », explore à travers la réalisation de cinq maisons dans un territoire agricole des formes nouvelles de domesticité et de co-habitation. Ici, contrairement à un contexte urbain où le site est déterminé, il s’est agit de fonder le site. Cette approche primordiale a été l’occasion d’une recherche de l’échelle domestique. La ligne n’est pas une forme domestique. Elle n’inclut pas, elle cerne. Face à la montagne, ces deux maisons habitent la même épaisseur. Cette ligne de 7 mètres d’épaisseur et d’une longueur de près de 160 mètres, est une forme territoriale supra-domestique. Elle offre le même rapport à la vue et au paysage pour chacune des maisons et fabrique une forme d’intimité étrange et ténue.

Lieu Marrakech, Maroc Architecte Kilo architectures Photographie Luc Boegly Client Privé Surface 2 000 m² Programme Réalisation des cinq maisons sur une ferme collective Année 2011

Kilo - Co-habitation - MarrakechKilo – Co-habitation – Marrakech Kilo - Co-habitation - MarrakechKilo – Co-habitation – Marrakech Kilo - Co-habitation - MarrakechKilo – Co-habitation – Marrakech Kilo - Co-habitation - MarrakechKilo – Co-habitation – Marrakech Kilo - Co-habitation - MarrakechKilo – Co-habitation – Marrakech
Kilo - Co-habitation - MarrakechKilo – Co-habitation – Marrakech Kilo - Co-habitation - MarrakechKilo – Co-habitation – Marrakech Kilo - Co-habitation - MarrakechKilo – Co-habitation – Marrakech Kilo - Co-habitation - MarrakechKilo – Co-habitation – Marrakech Kilo - Co-habitation - MarrakechKilo – Co-habitation – Marrakech
Kilo - Co-habitation - MarrakechKilo – Co-habitation – Marrakech Kilo - Co-habitation - MarrakechKilo – Co-habitation – Marrakech Kilo - Co-habitation - MarrakechKilo – Co-habitation – Marrakech Kilo - Co-habitation - MarrakechKilo – Co-habitation – Marrakech Kilo - Co-habitation - MarrakechKilo – Co-habitation – Marrakech

De l’épaisseur d’une pièce, les maisons sont fabriquées comme un chapelet de pleins et de vides qui invite la ferme à traverser l’espace domestique. Cette structure territoriale remet en cause les codes de la domesticité. Les seuils entre public, commun, privé et l’intime, n’existent plus uniquement dans un rapport à l’avant et à l’arrière, mais se résolvent de manière graduelle le long de la ligne.

Source : www.kilospace.com