Votre mot de passe vous sera envoyé.


Proposition de Myriam Soussan et Laurent Moulin de l’agence Archibionic pour le musée de Dakhla

La mise en place du programme de pôle culturel et muséal de Dakhla par l’Agence du Sud, qui avait lancé à cet effet un concours international d’architecture en juillet 2013, a permis à de nombreuses équipes de travailler sur le sujet. Voici la proposition de Archibionic (non lauréate).

 »Notre stratégie urbaine a été l’adossement, l’envahissement du tissu environnant, tel une dune recouvrant du bâti. Ville mirage, entre ciel, mer et sable, fruit d’une certaine et ancienne mondialisation des échanges, Dakhla flotte dans un espace temps étrange et plein de potentialités. C’est sur cette image à la fois déroutante et positive que nous avons voulu adosser le projet »

Lieu Dakhla, Maroc Architectes Archibionic, Laurent Moulin, Myriam Soussan Programme Centre muséal Maitrise d’ouvrage Agence pour la Promotion et le Développement Economique et Social des Provinces du Sud du Royaume Concours Non lauréat

En enterrant complètement le projet, le musée peu bénéficier d’un mode de construction adapté au climat (confort thermique, protection au vent, au soleil et aux nuisances sonores), ce choix permet de libérer la quasi-totalité de la parcelle et d’en faire une véritable place urbaine ouverte au public et de grande qualité : une place muséale plutôt qu’un musée avec parvis.

Ainsi, le projet s’étend de l’océan aux limites de la parcelle ouest, incluant les parties des boulevards mitoyens grâce à un traitement uniforme du sol au niveau de la matière, sol qui se creuse, libérant des entrées, sol qui se soulève permettant d’orienter les vues. Cette matrice évolue comme une dune ou un bout de désert qui viendrait envahir un morceau de ville. La création d’une rue piétonne publique enterrée passant sous le Boulevard Mohamed V permet de relier directement le musée à la mer et à la corniche visuellement et physiquement.

Offrant une entrée depuis la corniche, la rue piétonne accueille également plusieurs activités (restaurant, ateliers d’artistes…). L’entrée principale se trouve elle au centre de la place : le sol s’affaisse en pente douce et dégage une grande façade vitrée donnant sur un espace voûté. Une troisième entrée permet un accès avec escalator et ascenseur. Depuis ces différentes arrivées, un point de vue sur les expositions en cours est toujours offert. La circulation dans le hall d’accueil se fait librement tout en offrant des vues sur les zones d’expositions payantes (jardins/ expositions temporaires et présentations « Repères »), comme une invitation à venir les découvrir. Ces dernières communiquent entre elles et permettent différents aménagements grâce à des parois pivotantes.

Les jardins sont inspirés des plantations oasiennes, organisés en plusieurs strates : bassin d’eau entouré d’un potager, arbres fruitiers puis palmiers, le tout agrémenté de khettaras. Ils intégreront une citerne enterrée qui récupérera toutes les eaux de pluie qui serviront à l’arrosage et aux besoins en eau domestique du musée. Une surface consacrée aux panneaux photovoltaïques est prévue afin d’assurer l’autonomie en énergie du projet.

Musée de Dakhla – Archibionic Musée de Dakhla – Archibionic Musée de Dakhla – Archibionic Musée de Dakhla – Archibionic Musée de Dakhla – Archibionic Musée de Dakhla – Archibionic Musée de Dakhla – Archibionic Musée de Dakhla – Archibionic Musée de Dakhla – Archibionic Musée de Dakhla – Archibionic

Source : www.archibionic.com