Votre mot de passe vous sera envoyé.

Le pavillon mobile signé Zaha Hadid se pose à l’IMA (Institut du Monde Arabe) à Paris

L’objet insolite à l’origine de cette effervescence est une commande de Karl Lagerfeld de 2007, conçue à l’origine pour promouvoir la marque Chanel dans le monde. Au carrefour de la mode et de l’architecture, ce vaisseau de 600 m2 a d’abord exposé des déclinaisons du petit sac «2.55» de Chanel avant de voyager de Hong Kong à Tokyo et New York pour présenter 20 artistes internationaux.
La fin du périple pour ce Mobile Art qui n’a plus d’ambulatoire que le nom à sonner. Mais c’est aussi une renaissance qui le sauve d’un démontage définitif. C’est à l’IMA, réalisation de Jean Nouvel, que le pavillon se sédentarise.


Lieu IMA, Paris Architectes Zaha Hadid Programme Pavillon d’exposition Surface 600m2 Surface d’emprise 770 m 2 (longueur 45 m, largeur 30 m, hauteur ext. 6 m) Nombre de panneaux de FRP 413 pièces uniques Poid total 180 tonnes Client Chanel Année 2011

Zaha Hadid - Pavillon Mobile - IMAZaha Hadid – Pavillon Mobile – IMA Zaha Hadid - Pavillon Mobile - IMAZaha Hadid – Pavillon Mobile – IMA Zaha Hadid - Pavillon Mobile - IMAZaha Hadid – Pavillon Mobile – IMA Zaha Hadid - Pavillon Mobile - IMAZaha Hadid – Pavillon Mobile – IMA Zaha Hadid - Pavillon Mobile - IMAZaha Hadid – Pavillon Mobile – IMA
Zaha Hadid - Pavillon Mobile - IMAZaha Hadid – Pavillon Mobile – IMA Zaha Hadid - Pavillon Mobile - IMAZaha Hadid – Pavillon Mobile – IMA Zaha Hadid - Pavillon Mobile - IMAZaha Hadid – Pavillon Mobile – IMA Zaha Hadid - Pavillon Mobile - IMAZaha Hadid – Pavillon Mobile – IMA Zaha Hadid - Pavillon Mobile - IMAZaha Hadid – Pavillon Mobile – IMA

Pour l’heure, le Mobile Art abrite une exposition consacrée à l’œuvre de sa conceptrice, Zaha Hadid, une véritable consécration. A l’intérieur du pavillon, une conception en toile d’araignée offre un espace scénographique segmenté qui présente une trentaine de projets internationaux, à l’état de maquette, en cours d’exécution ou déjà réalisés, de la «Torre Espirale» à Barcelone, en passant par la tour «CMA CGM» à Marseille, jusqu’au complexe économique «Culenova New city Center» de Bratislavia. L’exposition est ainsi l’occasion de découvrir l’œuvre de l’architecte, longtemps restée à l’étape conceptuelle.

Source : batiactu.com